declinaisons russe
Un tableau de déclinaison russe: de quoi démotiver n’importe quel débutant

J’ai longtemps cru que s’il était possible pour un français d’apprendre à parler l’anglais, l’italien ou l’espagnol sans vraiment apprendre la grammaire, ça n’était pas le cas pour le russe. Je me trompais.

Ma première année à l’université (en Langues Etrangères Appliquées), on a fait beaucoup de grammaire, appris beaucoup de verbes, de déclinaisons, fait énormément d’exercices. Je pensais que c’était indispensable à l’apprentissage de la langue russe, parce que la grammaire est assez complexe et différente du français. Et bien je me trompais, parce que l’effort apporté pour apprendre toute cette grammaire n’a pas porté ses fruits. Quand je suis arrivé à Saint-Pétersbourg, après 1 an d’étude de la langue russe en étant un assez bon élève qui pensait avoir énormément appris, je me suis rendu compte que je ne savais pas l’essentiel, et pire qu’en fait je ne savais pas vraiment appliquer ce que je n’avais pas oublié de grammaire.

Je suis arrivé devant la réceptionniste de l’auberge de jeunesse et je me suis rendu compte que j’avais oublié comment on disait bonjour. La honte. Ce qu’il se passait était simple : j’avais appris la langue sans parler pendant un an, en me concentrant sur la théorie de la grammaire et des verbes, et les mots de conversations courante (jugée certainement pas assez académiques pour un enseignement à l’université) avaient été oubliés. Bon je sais, c’est un exemple très extrême, mais l’idée est là.

Le pire, c’est qu’en fait j’avais oublié énormément de tout ce que j’avais appris dans l’année en quelques semaines, avant d’aller en Russie. Dans le mois qui a suivi j’ai littéralement appris à parler russe, cette fois en parlant. Je me suis rendu compte que beaucoup de mots simples revenaient tout le temps, et qu’on pouvait apprendre rapidement de quoi communiquer dans 80% des situations. Le russe parlé est le même que le russe écrit, mais si vous voulez apprendre à parler russe (et un peu à lire et écrire bien sûr) ne perdez pas votre temps à essayer de comprendre la grammaire. « La grammaire ne vous aide pas à parler une langue ; elle vous aide à améliorer vos compétences linguistiques » Benny Lewis de « fluent in 3 months « 

Avez vous eu besoin de connaître ce qu’est un COD pour l’utiliser, lorsque vous avez appris le français, en étant petit ? Non ? Et bien que ce soit votre langue maternelle ou une langue étrangère la situation est presque la même. Ne faites pas de la grammaire une priorité, si votre but est de parler la langue. Apprenez des phrases, apprenez à les dire. Disséquez-les mots par mots (je ferais des leçons là dessus) pour voir en premier temps la traduction, puis ensuite le lien des mots entre eux. Les leçons de grammaire vous servirons simplement à comprendre plus précisément l’organisation, et le reste je vous le souhaite viendra tout seul.

Cette approche est celle que j’ai gardée pour l’apprentissage du russe et des autres langues que j’apprends. Je me suis vite rendu compte que c’est en apprenant des phrases et non en apprenant la grammaire (c’est à dire par règles, exceptions, tableau de déclinaisons) que j’ai appris à faire des phrases correctes et finalement compris le vrai sens des règles de grammaire. Cette approche est particulièrement efficace pour le russe. La langue russe a une grammaire complexe, dans certaines langues, il suffit presque d’apprendre du vocabulaire, des verbes et les tournures de phrases vont d’elles mêmes, parce que la langue est une langue latine, ou parce que la syntaxe est finalement assez régulière et instinctive (comme pour l’anglais). En Russe il est difficile de former une phrase correcte si on ne connaît pas la tournure. Les déclinaisons et les formes perfectives/ imperfectives des verbes créent des liens dans les phrases qui ne s’improvisent pas si facilement. Voilà pourquoi il me semble plus logique d’apprendre des phrases.

Clairement, au lieu d’apprendre du vocabulaire, de la grammaire et des conjugaisons pour faire des phrases, apprendre des phrases va vous apprendre du vocabulaire, de la grammaire et des conjugaisons.

Les phrases permettent de mieux se souvenir des déclinaisons que d’apprendre des mots (qui sont toujours au nominatif lorsqu’ils sont seuls)

Lorsque vous voyez une nouvelle leçon de russe, vous pouvez par exemple apprendre l’exemple par cœur plutôt que la règle. Peu importe si vous comprenez la règle, l’important est que vous compreniez le russe qui vous parle.

Attention, je ne dis pas que la grammaire est inutile et qu’il ne faut jamais s’y intéresser, dans le deuxième article je vais essayer d’expliquer clairement quand, comment et pourquoi ouvrir un livre de grammaire.

à suivre …

Comments

comments